Pierre Bérat

Conseiller régional Auvergne-Rhône-Alpes, Citoyen engagé de Lyon 3e

Voyons large !

Nous sommes plus de 6,3 millions de Rhônalpins, une population en croissance moyenne de 0,9 % par an entre 2007 et 2012, ce qui place Rhône-Alpes dans le trio de tête national pour la dynamique démographique.

En présentant ces résultats, l’INSEE a produit une intéressante carte de Rhône-Alpes qui montre les communes où la croissance démographique a été la plus forte sur la période.

Cette carte m’inspire les constats suivants :

  • Si l’agglomération lyonnaise confirme son dynamisme démographique, force est constater que la progression de population se fait aussi en dehors de la Métropole de Lyon. D’ailleurs, la croissance du nombre d’habitants a été plus forte dans la partie “Nouveau Rhône” (+ 1,2% par an) que dans la partie “Métropole de Lyon” (+ 1 %/an).
  • Les territoires rhônalpins les plus dynamiques en termes de démographie dessinent un large U, de la Vallée de la Saône au bassin genevois, en passant par l’agglomération lyonnaise, le Nord-Isère, les bassins chambériens et anneciens. On peut y voir aussi un W avec les bassins de Valence et Grenoble.

Depuis quelques semaines, Gérard Collomb nous “rebat les oreilles” avec “sa” Métropole, “Nirvana institutionnel” qui serait la clé de tous nos défis.

Les faits sont un peu différents. Nous voyons comment l’approche “par exception” de la mise en place de la Métropole présente de graves limites, en termes de fonctionnement démocratique : scrutin escamoté en 2014, une commission permanente qui ne respecte pas l’impératif élémentaire de transparence, non prise en compte de la parité dans l’exécutif, charcutage électoral pour préparer les prochaines élections

Mais sur le fond, quand on regarde cette carte, on voit aussi qu’il nous faut une vue élargie pour bien assurer notre développement. Oui la Métropole peut et doit nous permettre de mieux répondre à certains besoins de la population et des entreprises. Mais qu’il s’agisse de la mobilité quotidienne ou professionnelle, de la localisation des activités économiques et donc des perspectives d’emploi, de l’équilibre entre espaces urbanisés et espace rural, la maille régionale s’impose, en liaison avec chacun des bassins de vie qui composent le territoire régional. Gérard Collomb prétend que la Métropole créée la richesse qui peut ensuite être répartie au niveau régional. Je pense plutôt qu’il nous faut prendre en compte tous les atouts des territoires de Rhône-Alpes, et demain de Rhône-Alpes Auvergne, pour réussir.

Ce n’est pas parce que la Région Rhône-Alpes de Jean-Jack Queyranne patine aujourd’hui, bloquée par sa “majorité” politique éclatée, qu’il faut  oublier que notre avenir doit largement se construire à ce niveau là.

Précédent

La France d’après

Suivant

Un modèle ! Quel modèle ?

2 Comments

  1. BURNIER

    Ce qui me frappe c’est la croissance démographique autour de GENEVE
    Autour de” Lyon c’est pas mal mais à Saint Etienne c’est vraiment très faible sinon nul
    Je pense qu’il faut encourager les PME pour qu’elles se développent à l’export et ainsi apporter du travail et développer la démographie autour de la Métropole
    Si on est rattaché à l’Auvergne comment se situe là-bas la démographie
    quand est-ce que le pouvoir en place aura compris que les actions individuelles et des entreprises peuvent amener de l’activité par un soutien non dirigiste des l’État et de la Région et aussi une simplification des normes administratives et un allègement du carcan administratif

  2. Pierre BERAT

    Monsieur Burnier, il est vrai qu’une partie importante de l’Auvergne est composée de territoires peu denses en population. Cela va renforcer l’importance des politiques d’aménagement du territoire et de développement rural. L’aire urbaine de Clermont-Ferrand est par contre très importante. Ce sera la 4e du nouvel ensemble Rhône-Alpes/Auvergne.

Les commentaires sont fermés

2008 - 2020 - Réalisé par Omma Services - Thème par Anders Norén